22/01/2008

Station biologique pour du gaz...c'est possible !

Les sociétés industriels NP Pharm et Naskeo Environnement ont inauguré en 2006 une station biologique innovante, destinée à produire de l'énergie renouvelable à partir d'effluents organiques.
Le procédé innovant utilisé, baptisé Proveo pour Procédé de Valorisation des Effluents Organiques, permet de convertir la matière organique polluante en gaz naturel renouvelable, directement utilisable pour produire de la chaleur et de l'électricité.
Basé sur la fixation de bactéries dépolluantes fonctionnant en l'absence d'oxygène, cette technologie a été développée et brevetée par le laboratoire de Biotechnologie de l'Environnement de l'INRA.

Le procédé, exploité exclusivement par la société Naskeo Environnement, est susceptible d'intéresser plus de 2 000 industries en France dans les secteurs de l'agroalimentaire et de l'industrie pharmaceutique.
un exemple... bio-methanisation

14/01/2008

Construire une maison ecologique...solaire

Voilà, il s'agit cette fois d'une vidéo détaillant la construction (en réel bien sur) d'une maison conçue et réalisé autour du meilleur rapport énergétique/économique...

Ce sont des technologies actuelles, maitrisée qui deviennent rentable.
Mais il faudra les produire en série pour ça !

20/12/2007

La mer pourrait devenir une source importante de biocarburant avec les algues

La mer pourrait devenir une source importante de biocarburant avec les algues...
C'est du sérieux... même si de plus en plus le "bio-carburant" est décrié !

voici l'info prise sur www.notre-planete.info/actualites
Le programme Rotterdam Climate Initiative, dont font partie la municipalité et le port de Rotterdam notamment, a réuni récemment des spécialistes de l’énergie et de l’industrie des algues à Rotterdam, pour discuter du rôle des algues dans la production d’énergie durable.

Les algues n’ont besoin que de lumière du soleil, de CO2 et d’eau avec des oligo-éléments, du phosphate et de l’azote, pour se développer. Les variétés d’algues les plus adaptées pour la production de biocarburant sont les algues vertes unicellulaires, micro-organismes primitifs situés en dessous des plantes. On peut utiliser 99 % de leur masse pour fabriquer des médicaments, des matières colorantes, des plastiques biologiques ou des biocarburants. Environ 40 000 litres de biocarburant par hectare peuvent être produits chaque année, ce qui représente un rendement important.
decoration

En savoir plus ?

voitures à eau

05/12/2007

AYE AYE AYE... BIO...AGRO carburant....

Après la Banque mondiale, c’est au tour de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) de s’inquiéter de la vogue des agrocarburants destinés à limiter les émissions de gaz à effet de serre dans le domaine des transports.

Faire passer de 1 % à 11 % la part d’agrocarburants dans la consommation totale de carburants d’ici à 2050 n’ira pas sans bouleversements majeurs. "En théorie, écrivent les auteurs, il y a assez de terres sur le globe pour nourrir une population en expansion tout en produisant suffisamment de biomasse." Mais "la transformation des terres pour la production d’énergie à partir de la biomasse poussera les prix alimentaires vers le haut". Le rapport de l’OCDE s’attend à une progression de 20 % à 50 % au cours de la prochaine décade. Le bilan n’est pas fameux non plus en termes environnementaux, souligne le rapport, car la tentation sera grande "de remplacer les écosystèmes comme les forêts, les zones humides et les pâturages par des cultures destinées aux agrocarburants".

Vers des biocarburants de seconde génération ?
L’avenir de l’éthanol au Québec serait dans les résidus forestiers et les matières résiduelles plutôt que dans le maïs. " Le secteur forestier est mal en point, c’est le bon moment pour reconfigurer et revitaliser cette industrie ", estime Esteban Chornet, qui travaille sur cette question depuis plus de vingt ans à l’Université de Sherbrooke. La production d’éthanol, à partir de matières ligneuses comme les copeaux de bois, les résidus de coupe ou de procédés industriels, permettrait de générer des revenus intéressants pour le secteur forestier tout en représentant un gain appréciable sur le plan environnemental. Les matières résiduelles pourraient également être transformées en éthanol, ce qui éviterait notamment la production de méthane lors de leur décomposition, ce gaz ayant un impact important sur l’effet de serre.

En savoir plus ?

28/11/2007

Faites vos panneaux solaire eau-chaude

Le principe est simple, et tout bon bricoleur peux les faires lui même.

Le principe est encore l'effet de serre... comme les fours solaire ou barbecuits solaire

Un coffre isolé de l'humidité, tapissé de feuilles d'aluminium, dont le couvercle est en verre fera bien avantageusement l'affaire.
Sur un matelas d'isolant thermique (laine de chanvre...) déposer un réseau de tubes de cuivre, reliés entre eux, ayant une arrivée et une sortie.
Les tubes sont maintenus sur une srface cuivrée ou plaque d'aluminium fermement

Le tout dans notre coffre vitré regardez le croquis suivant...panneau eau chaude solaire

Biensur, les moins bricoleurs peuvent l'acheter, même des solutions bien plus sofistiquées (tubes sous vide...)tube sous vide

A vous de choisir....

14/11/2007

Effet de serre...utile... aerothermie !

Le soleil chauffe... c'est pas nouveau !
Une serre est un volume enfermant de l'air... au soleil, cet air chauffe bien, été comme hivers...
L'air chaud monte..., donc circule... si la maison est, en façade, entourée de "serre", et que le vide des plancher est utilisé comme circulateur d'air, alors en été on peux utiliser le solaire pour rafraichir la maison... sans consommer de l'énergie à refroidir ! (la couche d'air qui monte empèche en plus de chauffer l'air des pièces et fait circuler une brise légère dans la maison...)

En Hivers, l'air chaud montant, le plafond et les étages sont plus chaud que le plancher et le r.d.c.
Un circulateur qui redescend l'air chaud vers le plancher fait gagner ainsi 10 % à 20% réel de chauffage par récupération haut vers bas, mais aussi autant de perte en moins (La encore la couche d'air qui monte isole la maison du contact direct avec les murs froids gain: 20 % encore)!
Si en plus, on utilise les "serre" d'été, on réchauffe un peu plus l'air descendant, et si on le fait circuler dans le plancher, on chauffe la maison !
regardez le dessin... Pas compliquer de gagner à moins consomer sans se priver...
aerothermie2

03/11/2007

Une maison devient solaire...économie 40% à 70%

Le même confort dû au brassage de l'air: de nombreuses installations partant de ce principe ont reçu des améliorations significatives, notamment par le système A.G.C.S. qui est en fait un module de régulation perfectionné puisqu'il va être utilisé pour un appoint de chauffage de manière synchronisé tout ou rien.

Regardez cette initiative de Raimond léger:Dessin centrale

Comme quoi en dépassant le "c'est pas possible" notoire, vous voyez que tout est encore possible!

15/10/2007

Le solaire: comment calculer ses besoins ?

A Bruxelles, pendant la période estivale, nous pouvons compter sur 205 Wh/jour en moyenne. Avec une installation de 300 Wc on pourra utiliser par exemple les demandes énergétiques suivantes:

- lampe fluorescente de 8 W

- poste radiophonique de 10 W

- téléviseur de 40 W

- réfrigérateur de 300 Wh/j...

A titre indicatif, vous voyez ce que vous consommez...(voir le tableu ci-joint)

illustrationWhj2

03/10/2007

Pourquoi les batteries automobiles ne peuvent pas être utilisées pour le solaire ?

Les conditions typiques d’utilisation d’une batterie solaire sont très différentes de celles d’une batterie de démarrage.

La batterie à décharge profonde oscille lentement entre des niveaux de pleine charge et de décharge maximale admissible tandis que la batterie de démarrage est rechargée immédiatement après utilisation par l’alternateur.
Les plaques (électrodes) de la batterie à décharge profonde sont plus épaisses que celles de la batterie de démarrage et sont fabriquées dans un alliage plus dense et plus élaboré.
Leur surface sont aussi plus réduites, elles ne peuvent donc pas produire de forts courants instantanément ; ce qui justifie l’interdiction d’utiliser même occasionnellement une batterie stationnaire pour démarrer le moteur d’un véhicule (risque de détérioration dès la première utilisation).

Les plaques (toujours planes et minces) d’une batterie de démarrage se dégradent à une vitesse impressionnante si elles sont soumises à des décharges profondes.
Cette batterie subit des dommages dès que la décharge atteint 50% de la capacité nominale, c’est pourquoi elles ne conviennent pas aux systèmes photovoltaïques.

plaques batterie
tiré de http://www.cipcsp.com/tutorial/batterie-solaire.html

28/09/2007

Le photovoltaïque est il rentable ?

On estime qu'aux latitudes de 45° environ (France, Belgique...) l'énergie potentiellement utilisable du soleil est de par an 1500kwh/m².
decoration
La technologies disponibles sur le marché propose des modules (bleu irisé...) qui se distinguent en fonction du type de silicium qu'ils utilisent :
Les cinq plus grandes firmes fabriquant des cellules photovoltaïques se partagent 60% du marché mondial. Il s'agit des sociétés japonaises Sharp et Kyocera, des entreprises américaines BP Solar et Astropower, et de l'allemande RWE Schott Solar. Le Japon produit près de la moitié des cellules photovoltaïques du monde.

les critique diront: Chèrs à l'achat, rendement faible, investissement à très long therme et durée de vie moyenne: 20 à 25 ans, après le silicium "cristalise" et rend inutilisable la cellule. le recyclage est faible et coûteux
Cependant, ils existent bel est bien, le fonctionnement est facile, et en mixte avec d'autres solutions, il convient tout à fait...

Smalborg